Chamois

Nom : Rupicapra rupicapra rupicapra pour le chamois - Rupicapra pyrénaïca pyrénaïca pour l'isard - Classe : Mammifères - Ordre : Artiodactyles - Famille : bovidés - Sous-famille : caprinés.

- Termes : mâle : "bouc" - femelle : "chèvre" - les petits : "chevreaux" ou "cabris". Les jeunes dans leur seconde année sont appelés, pour le mâle : "éterlou", pour la femelle : "éterle". Chamois et isards font partie de la tribu des Rupicaprini (littéralement : chèvre des rochers).

- Habitat : On le trouve en moyenne montagne entre 800 et 2300 mètres (quelquefois jusqu'à 4000 m), sur des zones de pâtures, rochers et en forêt. Trois sous-espèces de chamois habitent notre pays : le chamois des Alpes (Rupicapra rupicapra rupicapra), le chamois de Chartreuse (Rupicapra rupicapra cartusiana), et le chamois des Pyrénées, appelé isard (Rupicapra pyrénaïca pyrénaïca). Le critère prépondérant à l'habitat du chamois, c'est le relief accidenté. Il n'existe pas de population vivant en terrain plat et dépourvu de pentes rocheuses.
L'utilisation du milieu est très variable. La répartition dans l'espace des animaux n'est jamais figée. Elle varie aussi dans le temps. Enfin, les regroupements sont liés au sexe et à l'âge des animaux. Le chamois et l'isard sont particulièrement bien adaptés à la vie en moyenne montagne. Le chamois des Alpes peuple naturellement tous les départements des Alpes et du Jura. Il a été introduit dans les Vosges et dans le Cantal. Le chamois de Chartreuse se rencontre uniquement dans le massif de la Chartreuse, entre Grenoble et Chambéry. L'isard vit dans les Pyrénées.

- Nourriture : Les végétaux constituent la nourriture exclusive du chamois. Il consacre une grande partie de son temps à cette activité. Il apprécie : herbe, pousses, feuilles d'arbustes, de lierre, de ronces. Mais il a des besoins en sel qui est un élément nutritif nécessaire. Il le trouve sous forme de salines naturelles et de pierres à sel déposées pour les bergers pour les moutons. Ses besoins en eau sont assurés par la consommation des végétaux et par la rosée matinale. Il est rare d'observer un chamois qui se désaltère.

- Mœurs : Chamois et isards craignent la chaleur. Ils vivent en "hardes mixtes" (jusqu'à 50 têtes) menées par une vieille chèvre. Ils se reposent la nuit et pâturent le jour. Ce sont des animaux très méfiants possédant une ouïe, une vue et un odorat excellents. L'animal qui s'enfuit se dirige toujours vers le sommet. Son cri d'alerte est un "sifflement".
En hiver, le sous-pelage est constitué d'un duvet laineux de 2 à 3 cm d'épaisseur qui couvre tout le corps. Ces animaux ont une souplesse et une détente étonnante. Le bord des sabots permet une adhérence élevée sur les rochers et la "palmure interdigitale" assure une bonne portance sur la neige. Enfin, le cœur des chamois et isards est une muscle très puissant. Abondamment oxygéné par le sang très riche en globules rouges, il permet aux animaux de soutenir des efforts intenses et violents.

- Reproduction : Dès le mois d'octobre, en général au-dessus de la forêt, on observe de grands rassemblements d'animaux où se joignent les mâles d'habitude solitaires. Le rut commence dès novembre pour se terminer vers la mi-décembre. Il est précédé de joutes pour la possession de la femelle. Les mâles sont sexuellement matures à 18 mois. Les saillies ont lieu entre le 15 novembre et le 15 décembre. Il n'est pas rare qu'une femelle âgée de 15 ans et plus soit encore féconde. La gestation : 160 à 170 jours (soit environ 23 semaines ou 6 mois). Mises bas : entre le 15 mai et le 15 juin. Nombre : 1 chevreau, rarement 2. A la naissance, ce dernier pèse de 2 à 2,7 kg. Il lui suffit de quelques heures pour se tenir debout et quelques jours pour suivre sa mère. A l'âge de 2 mois, il pèse entre 9 et 10 kg. Dans sa seconde année, le jeune mâle est appelé "éterlou" et la jeune femelle "éterle".

- Particularités : Chamois et isards sont polygames. Le chamois se différencie de l'isard par sa taille sensiblement plus importante : il mesure de 0,75 à 0,80 m au garrot pour une longueur de 1,25 à 1,35 m. L'isard, quant à lui, mesure de 0,70 à 0,75 m au garrot pour une longueur de 1 à 1,10 m. Mais c'est aussi la coloration du pelage qui distingue le plus le chamois de l'isard. En été, la livrée du chamois est claire, celle de l'isard plus rougeâtre. En hiver, le chamois est noir avec seulement les bandes jugales blanches. Chez l'une et l'autre espèce, l'allure générale du mâle est plus massive que celle de la femelle.

- Les cornes : Comme pour tous les bovidés, les cornes sont conservées tout au long de la vie. Les deux sexes portent les cornes. Elles poussent dès la naissance, mais ne sont visibles que vers l'âge de 2 mois. Le crochet des cornes se forme au cours de la deuxième année. Les cornes du chamois ou de l'isard mâle sont plus recourbées vers l'arrière que celles de la femelle. Par ailleurs, de face, les cornes de la femelle étant un peu moins épaisses, paraissent en général plus écartées. Les traits blancs sur les cornes figurent les "anneaux d'accroissement". Leur examen à la base (sur l'animal mort ou capturé) permet d'évaluer l'âge de l'animal. Les cornes poussent de façon continue : fortement jusqu'à l'âge de 4 ans et moins par la suite. Leur longueur moyenne est de 15 à 22 cm (record sur un chamois : 34 cm). Elles mesurent de 2 à 3 cm chez le chevreau à 6 ou 7 mois. A savoir que pendant l'hiver la croissance des cornes s'interrompt pour reprendre au début du printemps suivant ; elle repousse alors vers le haut la partie existante.

- Durée de vie moyenne : estimée à 20 ans ?

- Poids : Le poids d'un mâle adulte de chamois varie de 35 à 50 kg. Celui d'une femelle de 25 à 38 kg.
Le poids d'un mâle adulte d'isard pèse de 25 à 40 kg. Celui de sa femelle : 20 à 32 kg. En général, un bouc pèse souvent 10 kg de plus qu'une chèvre.

- Accroissement annuel : 25 %.

- Prélèvements : Chamois et isards sont des espèces soumises au plan de chasse. Le nombre d'animaux à prélever est proposé par une commission qui rassemble divers intervenants du milieu naturel. Il est déterminé par un arrêté du Préfet du département concerné (en moyenne, aux alentours de 10 à 20 % du cheptel). IL FAUT EPARGNER LES FEMELLES ET LES CHEVREAUX.
Là où cohabite le loup ou le lynx et le chamois, ce dernier représente une part non négligeable de l'alimentation de ces grands prédateurs. Dans les Pyrénées, la rareté des effectifs de l'ours a un impact quasi nul sur l'isard.

(sources : © Jean-Luc BAZART à partir de diverses revues, Chasseur Français, fiches ONCSF, Manuel officiel de l'examen de chasse, etc.)