Diane des Hauts de Boscorre - 34380 ARGELLIERS

08 novembre 2018

Jours de chasse et prélévements de la saison 2018/2019

 

Battue n° 1 : Mercredi 15/08/2018 - 23 chasseurs. Les bruyères - levée sans résultat positif. Total : 0, tiré: 1

Battue n° 2 : Samedi 18/08/20178- 16 chasseurs. Claret-la Razasse - SF37 (VILLARET Michel/COSTE Daniel), SM10 (les Chiens) . total : 2, Tirés: 7.

Battue n° 3 : Dimanche 19/08/2018 - 18chasseurs. Le Bois de Bonnet. Levée sans résultat positif. Total : 2,  tirés: 8.

Battue n° 4Mercredi 22/08/2018 - 15 chasseurs. Bois de Bonnet et Bois de Guinée - SF58 (FAVIER Frédéric), SF30 (LAUSSEL Max). total : 4, Tirés: 11.

Battue n° 5 : Samedi 25/08/2018 - 22 chasseurs. Radelez - SF44 (COSTE Danie), SF45 (CHENIN Louis). Total:6, tirés 13.

Battue n° 6 : Dimanche 26/08/2018 - 22 chasseurs. Devezou. SF44 (RENOUARD Francis). Total: 7, tirés: 17.

Battue n° 7 : Mercredi 29/08/2018 - 18 chasseurs. Pin-ball, Pierredon. Levée sans résultat positif. Total: 7, tirés: 18.

Battue n°8 : Samedi 01/09/2018 - 24 chasseurs. La Draie. SF60 (Invité), SM59 (COLINET Xavier), SF47 (CHAGNON Pascal). Total: 10, tirés: 24.

Battue n°9 : Dimanche 02/09/2018 - 20 chasseurs. Bois de Bonnet. SM68 (RENOUARD Francis). Total: 11, tirés: 25.

Battue n°10: Mercredi 05/09/2018 - 18 chasseurs. Sous le village, la Blaquière. Levée sans résultat positif. Total: 11, tirés: 26.

Battue n°11: Samedi 08/09/2018 - 19 chasseurs. Imbut. Levée sans résultat positif. Total:11, tirés: 29.

Battue n°12: Dimanche 09/09/2018 - 15 chasseurs. Bois de Claude. SF51 et SF40 (COLINET Xavier). Total: 13, tirés: 31.

Battue n°13: Mercredi 12/09/2018 - 23 chasseurs. Bois de Daniel. CHM23 (REVERTE Jacques). Total: 13, tirés: 31.

Battue n° 14: Samedi 15/09/2018 - 21 chasseurs. Chateau d'eau. SM44 (PIC Pierre). Total: 14, tirés: 36.

Battue n°15: Dimanche 16/09/2018 - 21 chasseurs.  La Beaume. SF35 (DERICARD Guillaume). Total: 15, tirés: 38.

Battue n°16: Mercredi 19/09/2018 - 22 chasseurs. Les Campas. SM44 (AYRAC Bernard), SM12 (Les chiens). Total 17, tirés: 39.

Battue n°17: Samedi 22/09/2018 - 22 chasseurs. Le Devezou. Levée sans résultat positif. Total 17, tirés: 40.

Battue n°18: Dimanche 23/09/2018 - 21 chasseurs. Le pin-ball et Pierredon. SM70 (FAVIER Frédéric). Total:18, tirés: 42.

Battue n°19: Mercredi 26/09/2018 - 22 chasseurs. Font Belette. Levée sans résultat positif. Total: 18, tirés 43.

Battue n°20: Samedi 29/09/2018 - 21 chasseurs. Boularand. SM27 (LAPORTE Bernard). Total: 19, tirés: 44.

Battue n°21: Dimanche 30/09/2018 - 23 chasseurs. Le Tombeau et le Bois de Bonnet. SM49 (ZARA Pierre), SM50 (BAYET Thierry). Total: 21, tirés: 47.

Battue n°22: Mercredi 03/10/2018 - 18 chasseurs. La Raze. Levée sans résultat positif. Total: 21, tirés: 48.

Battue n° 23: Samedi 06/10/2018 - 29 chasseurs. La beaume. SF26 (BROUZE Francis), SF42 (KELLER Jacques), SM10 (Les Chiens). Total: 24, tirés 50.

Battue n°23: Dimanche 07/10/2018 - 24 chasseurs. Les Bruyères. SM30 (DERICARD Grégoire). Total: 25, Tirés: 51.

Battue n°24: Samedi 13/10/2018 - 28 chasseurs. Radelez. SM20 (REVERTE Jacques), SF20 (CHENIN Louis), SF46 (DERICARD Guillaume), SM40 (RODRIGUEZ Pierre). Total: 29, Tirés: 62.

Battue n°25: Dimanche 14/10/2018 - 19 chasseurs. Pin-Ball. SM10 (Les Chiens). Total: 30, Tirés 62.

Battue n°26: Mercredi 17/10/2018 - 24 chasseurs. Matin: Bois de Bonnet, levée sans résultat positif. Aprés midi: Bois de Nasse, levée sans résultat positif. Total: 30, Tirés 62.

Battue n°27: Samedi 20/10/2018 - 29 chasseurs. Matin: Bois Noir. CHM27 (ZARA Pierre). Aprés midi: Devezou, la Razasse. SF51 (GONZALEZ François). Total: 31, Tirés 65.

Battue n°28: Dimanche 21/10/2018 - 19 chasseurs. Matin: La Draie, levée sans résultat positif. Aprés midi: Poste du silence, levée sans résultat positif. Total: 31, Tirés: 65.

Battue n°29: Mercredi 24/10/2018 - 27 chasseurs. Matin: Gardiole, levée sans résultat positif. Aprés midi:les Coupes et entre deux routes. Pas de levée. Total: 31, Tirés 65.

Battue n°30: Samedi 27/10/2018 - 21 chasseurs - Matin: Bois de Bonnet, SM51 (FAVIER Frédéric). Aprés midi: Bois de Claude, levée sans résultat positif. Total: 32, tirés: 67.

Battue n°31: Dimanche 28/10/2018 - 23 chasseurs - Matin: Château d'eau, pas de levée. Aprés midi: Imbut, levée sans résultat positif. Total:32, tirés 67.

Battue n°32: Jeudi 01/11/2018 - 18 chasseurs - Matin: les Fontaines, levée sans résultat positif. Aprés midi: Bois noir, SF40 (FAVIER Frédéric), CHM18 (CHENIN Ludovic). Total: 33, tirés: 69.

Battue n°33: Samedi 03/11/2018 - 34 chasseurs - Matin: Cantagrils, SF46 (LEGUILLETTE Mathieu), SM44 (CHENIN Ludovic), SF55 (CHENIN Louis). Aprés midi: les Bruyères, SM52 (COSTE Daniel). Total: 37, Tirés: 79.

Battue n°34: Dimanche 04/11/2018 - 18 chasseurs - Matin: Devezou, levée sans résultat positif. Aprés midi: le Tombeau, levée sans résultat positif. Total: 37, Tirés: 81.

Battue n°35: Mercredi 07/11/2018 - 23 chasseurs - Matin: La Beaume, levée sans résultat positif. Aprés midi: Pluie, pas de chasse. Total: 37, Tirés: 81.

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par QUASARS à 20:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 septembre 2018

PESTE PORCINE AFRICAINE

peste_porcine_africaine_communique__ANCGG

La peste porcine africaine à dix kilomètres des frontières

françaises… Un enjeu considérable.

Gérard BEDARIDA, Dr Matthieu COUSTY

Le 12 septembre 2018, le laboratoire national de référence belge Sciensano a confirmé la présence du

virus de la peste porcine africaine (PPA) sur deux sangliers retrouvés morts dans la commune d’Etalle

en Belgique, à proximité des frontières française et luxembourgeoise. Depuis 4 autres sangliers

infectés ont été trouvés morts en forêt, ainsi qu’un jeune sanglier abattu pour des raisons sanitaires

(faiblesse).

Compte-tenu de la vitesse de propagation de la maladie (1 à 2 km par mois par voie naturelle et

potentiellement plus en cas de transport du virus par une voie humaine), la France devient susceptible

d’être contaminée.

La particularité de ce virus est qu’il est extrêmement contagieux et qu’il présente un taux de mortalité

très élevé en 7 à 10 jours dans la majorité des cas.

Il s’agit donc d’une maladie très contagieuse mais sur un intervalle limité dans le temps. Les clés du

contrôle de cette maladie sont donc la détection puis l’élimination des animaux malades et morts

suivie de la réduction des densités pour limiter la contamination.

Causes, moyens d’action et stratégie

Causes d’apparition de la maladie en Belgique :

La cause accidentelle est privilégiée. La maladie a été très probablement transmise via des déchets

alimentaires en provenance de pays d’Europe de l’Est infectés par la PPA et laissés sur une aire de

repos sur une route à 4 voies. Les sangliers malades ont été découverts à proximité de cette aire de

repos.

L’hypothèse d’une introduction volontaire s’avère improbable que ce soit pour des raisons de

faisabilité ou de coût. Il faudrait en effet être allé chercher de la viande avariée en grande quantité à 2

500 km de là puis l’avoir dispersée en forêt. Toute comparaison avec une introduction volontaire du

type myxomatose relève donc de l’affabulation ou de la « fake news » pour employer un anglicisme à

la mode.

Moyens de lutte contre la PPA dans le cas de la faune sauvage :

Comme il n’existe ni traitement ni vaccin pour contrer la maladie, les efforts portent en priorité sur la

limitation de diffusion.

Cet effort porte dans deux directions : 

- Limiter la diffusion naturelle par contact entre sangliers, 

- Eviter la transmission accidentelle par l’homme d’un endroit à un autre.

- Limitation de la diffusion naturelle

Cette limitation est tout d’abord facilitée par le très fort taux de mortalité des animaux touchés : 80%

meurent.

Elle doit ensuite être renforcée par l’interdiction de tout dérangement humain sur la zone suspecte.

C’est ainsi que les autorités belges ont suspendu la chasse, la cueillette de champignons, le jogging ou

la promenade en forêt sur les zones à risque.

- Limitation de la diffusion accidentelle:

Le virus de la PPA est capable de survivre plusieurs jours en dehors de son hôte : sanglier ou porc. Il

est susceptible d’être transporté par l’homme, soit directement par la venaison ou la charcuterie, soit

indirectement via des vêtements ou des chaussures souillées au contact d’un sanglier tué à la chasse

et déjà infecté.

Dans le cas du foyer belge, les risques d’échange causés par des échanges ou des invitations entre

chasseurs sont loin d’être négligeables. Les précautions à prendre sont décrites ci-dessous.

Stratégie générale de lutte contre la PPA en milieu sauvage :

Compte tenu de la nouveauté du phénomène en Europe occidentale et de l’absence d’un retour

d’expérience validé en Europe de l’Est, il n’existe pas de stratégie absolue en la matière.

Phase d’observation

Lorsqu’un cas de PPA est détecté en milieu sauvage, la première opération porte sur les actions

suivantes : 

- Définir un périmètre de sécurité sur un rayon de 15 à 20 km (dans le cas belge d’aujourd’hui :

60 000 ha), 

- Limiter drastiquement la fréquentation humaine sur ce secteur (suspension des activités de

loisirs voire professionnelles), 

- Rechercher activement les animaux infectés pour les signaler puis les transporter à

l’équarrissage.

Un périmètre d’observation supplémentaire est défini pour identifier des cas qui pourraient survenir

plus loin. Dans le cas actuel, 100 communes françaises des Ardennes, Meuse et Meurthe et Moselle

ont été mises en observation renforcée (chasse suspendue) tandis que le reste de ces départements a

été placé en observation (chasse maintenue).

- Phase de reprise:

A l’issue de cette première phase d’une durée de l’ordre de trois semaines, une reprise des activités

humaines sera étudiée.

La décision dépendra du développement ou de l’extinction de la maladie du fait de la mortalité

générale. Les autorités sont naturellement conscientes du dilemme : ne pas chasser risque de faire

progresser les dégâts agricoles et handicaper les cultivateurs, chasser risque d’accélérer la propagation

de la maladie et mettre en péril les éleveurs.

- Réduction des densités

Les fortes densités de sangliers sont à l’évidence un facteur de propagation très rapide de la maladie.

Plus que jamais le contrôle des populations apparait comme un enjeu décisif pour les chasseurs. Cette

réduction préventive apparait indispensable. Les procédés artificiels (nourrissage intensif et lâchers)

doivent impérativement cesser, être interdits et être sanctionnés.

La PPA s’installe comme un événement majeur et durable qui va marquer le paysage cynégétique dans

les années à venir. Il s’agit là d’un rendez-vous majeur entre les chasseurs et la société qui peut

valoriser la chasse ou au contraire la discréditer.

- Précautions et prévention

Précautions générales dans un pays contaminé ou susceptible de l’être (cas de la France) :

La surveillance évènementielle est primordiale : il s’agit de détecter les animaux malades ou morts et

de signaler leur présence au réseau SAGIR (http://www.oncfs.gouv.fr/Reseau-SAGIR-ru105). Les

antennes départementales de l’ONCFS sont les premiers interlocuteurs. En aucun cas il ne faut

manipuler les animaux suspects. Les signes observés sur les animaux malades sont les suivants :

abattement, paralysie des membres postérieurs, diarrhée hémorragique, vomissement, lésion de

peau.

En présence d’un animal mort ou malade, il convient d’adopter les précautions suivantes : 

- ne pas manipuler l’animal, 

- ne plus utiliser de chiens, 

- après la chasse, se laver les mains avec de l’eau et du savon, 

- laver les vêtements portés au cours de la chasse à haute température (minimum 60 °C), 

- nettoyer et désinfecter les bottes ainsi que tout le matériel qui a été en contact avec des

sangliers, des déchets de sangliers ou avec le sol de lieux à risque où les carcasses ont été

collectées et éviscérées, 

- nettoyer les véhicules qui ont participés à la chasse, sans oublier les pneus et l’intérieur des

véhicules, 

- ne pas ramener des carcasses, des parties de carcasses ou des trophées de sangliers, 

- après avoir participé à une chasse ou avoir eu un contact avec un sanglier, interdiction de

pénétrer dans une exploitation porcine et d’avoir des contacts avec des porcs domestiques

dans les 72 h suivant le retour.

Précautions sur le front d’avancement de la maladie :

En priorité, il est impératif de respecter les arrêtés préfectoraux. Les précautions générales sont à

suivre à la lettre.

La chasse du grand gibier devient souvent interdite y compris pour les cervidés ; le principal objectif

de cette mesure est de limiter le brassage des animaux pour éviter de déplacer des animaux malades

et étendre la zone de contagion. De la même manière, toute activité pouvant déclencher un

mouvement des animaux peut devenir interdite (promeneurs, ramasseurs de champignons, chasse du

petit gibier). Des équipes sanitaires de repérage et d’élimination des cadavres sont mises en place.

Le domaine vital du sanglier est de 500 à 2 000 ha pour les femelles et jeunes et de 1 500 à 10 000 ha

pour les mâles adultes. En conséquent, la mise en place d’un périmètre d’au moins 20 km autour d’un

foyer est souvent adoptée.

Précautions en amont du front d’avancement de la maladie :

La réduction des densités est une priorité mais l’objectif n’est pas une éradication. Des battues

administratives peuvent être mises en place ; elles sont réalisées sans chiens pour limiter la

contamination par l’intermédiaire des chiens et le brassage des animaux. Plus laborieux, l’affut est une

alternative pour limiter le mouvement des animaux. Le piégeage est réalisable sur les zones non

chassables mais cette technique permet difficilement la capture des adultes.

Précautions pour le chasseur voyageant dans des pays infectés :

Se déplacer pour chasser dans un pays infecté (pays de l’Est de l’Europe et maintenant la Belgique) est

fortement déconseillé. Si cela est réalisé, il convient de respecter les précautions générales citées

précédemment.

Posté par QUASARS à 09:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 avril 2018

Ouverture de la maison du saucisson à Saint Guilhem le Désert

image3

 

Notre ami Pierre vient d'ouvrir un commerce à Saint Guilhem le Désert à l'enseigne :

LA MAISON DU SAUCISSON, rendez lui visite.

Ses produits, son accueil et sa gentillesse vous raviront.

 

image4 image1 image2

 

 

 

Posté par QUASARS à 15:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2018

Adhésion à la Diane des Hauts de Boscorre

pig-30068_640Visiteurs de notre blog, la Diane des Hauts de Boscorre peut vous accueillir pour la saison 2018/2019.

Posté ou piqueur vous êtes les bienvenus dans une ambiance conviviale, respectueuse de l'éthique de la chasse aux chiens courants, où les postes sont tirés au sort le matin et l'après midi pour que chacun ait les mêmes chances de tir au cours de la saison.

                                 Si vous souhaitez nous rejoindre, vous pouvez nous contacter au 06 87 27 19 15, ou 06 85 50 47 61 ou par mail: fortinpa@wanadoo.fr

Posté par QUASARS à 21:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 décembre 2016

Superbe sanglier de 121 Kg

121 kg pour ce beau mâle prélevé dans la traque par notre piqueur Daniel COSTE le 30/11/2016.

Félicitations à Daniel qui détient le record pour cette saison de chasse.

Qui fait mieux ?........ tous les espoirs sont permis.

FullSizeRender

Posté par QUASARS à 21:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 septembre 2016

Un beau mâle de 103 Kg

Ce dimanche 25 septembre, après un ferme et une belle menée encouragée par nos piqueurs, ce beau sanglier de 103 Kg fût prélevé par Pierre ZARA. Félicitations aux chiens, aux piqueurs et à notre adroit tireur.

20160925_094339

Posté par QUASARS à 11:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 août 2015

Usage de la venaison et responsabilité du chasseur

Impressionnant !

 

Le chasseur peut être tenu responsable pour les préjudices subis par le consommateur final de la venaison.

La venaison constituant un produit de bouche, son usage est soumis à la réglementation européenne 178/2002 du 28 janvier 2002 sur l'hygiène alimentaire. Son article 3, indique que la législation alimentaire couvre toutes les étapes de la production, de la transformation et de la distribution des denrées alimentaires.Elle s'applique aux producteurs primaires, catégorie à laquelle appartiennent, les chasseurs de gibiers sauvages.

Ainsi se pose la question de savoir dans quelles mesures la responsabilité du chasseur de gibiers sauvages peut être engagée pour l'usage de sa venaison par des tiers.

Au sein de la catégorie des tiers, il convient de distinguer :

- le cercle des proches du chasseur (famille et amis). La consommation domestique est exclue du champ d'application de la réglementation sur l'hygiène alimentaire.

- les individus autres que les proches. C'est le cas des repas associatifs , La réglementation sur l'hygiène implique une obligation d'un contrôle sanitaire minimum ( Fiche de traçabilité, examen initial, test de détection de trichine).

- les détaillants. La réglementation sur l'hygiène implique l'obligation d'un contrôle sanitaire accru. Cette catégorie est hors de propos pour notre diane.

Pour la consommation domestique privée, seule la responsabilité de droit commun peut être mise en jeu. Toutefois, la réglementation européenne soutenue par le pouvoir réglementaire français, est venue poser une obligation d'information à l'égard du chasseur de gibier sauvage au profit du consommateur final.

Ce devoir d'information s'applique quelque soit le consommateur final. Ainsi, que le consommateur final soit chasseur ou non, il doit être informé :

- des mesures de conservation du gibier,  

- des mesures d'utilisation du gibier,

- des risques de contamination, notamment de la trichine.

Par conséquent, une fois ce simple devoir d'information accompli, le chasseur se voit déchargé de toute responsabilité.

Source: le chasseur de sanglier n°220 - juin2015 -article juridique de Maître Arnaud Pelpel, Avocat à la cour.

 

 

 

 

 

Posté par QUASARS à 23:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 février 2015

Puis-je prêter une carabine à un tiers ?

Carab_battue_V_Carron

Une arme de chasse de catégorie C ou D et ses munitions peuvent être prêtées ponctuellement sans formalité si le chasseur est détenteur d'un permis validé. Pour une détention prolongée, il convient de la déclarer ou de l'enregistrer en préfecture.

JLB

Posté par jlbzt à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 janvier 2015

Le fusil à pompe...

On me pose souvent la question de savoir si le fusil à pompe est autorisé à la chasse. Voici ma réponse (après, bien sûr, consultation des textes en vigueur) :

 

Fusil à pompe

 

Le fusil à pompe (canon lisse) est une arme classée dans la catégorie B (armes soumises à autorisation). Il ne fait pas partie des armes dites "de chasse" (catégorie C) et n'est donc pas autorisé à la chasse. Cependant depuis 2013 la loi autorise l'utilisation à la chasse du fusil à pompe à canon rayé ( classé en catégorie C) prévu pour le tir à balle du grand gibier.

Posté par jlbzt à 14:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mars 2014

Règlementation sur le couteau de chasse...

Couteau de chasse

On m'a souvent demandé qu'elle était la législation concernant le couteau de chasse. Voici donc en réponse des extraits d'un article que j'ai trouvé dans "Le Chasseur Français - avril 2014" à la rubrique "Droit" par Maître Charles LAGIER, avocat :

"Du nouveau droit en vigueur depuis le 6 septembre 2013, le chasseur doit savoir que le couteau de chasse et le couteau-poignard appartiennent à la catégorie D2a dans la nouvelle nomenclature des armes.
L'achat d'un couteau est libre (sauf lorsqu'il s'agit d'un mineur, lequel doit être représenté par une personne majeur).
Le port d'un couteau de chasse s'entend comme le fait d'avoir une arme sur soi utilisable immédiatement. La règle est que le port du couteau de chasse est interdit sans motif légitime. Pour le chasseur, le port est justifié (donc légitime) s'il produit son permis de chasser validé pour l'année en cours ou l'année précédente. Ce document vaut titre de port légitime.
Quand au transport, c'est le fait de déplacer une arme en l'ayant près de soi et inutilisable immédiatement. Dans ce cas, le permis de chasser (titre permanent) vaut titre de transport légitime d'une arme qui est destinée à être utilisée en action de chasse. On ne peut donc que recommander à tout chasseur de remiser son couteau ou son poignard lorsqu'il ne sera pas en situation de justifier une action de chasse, avant, pendant ou après."

Posté par jlbzt à 16:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,